• François Fenech

LA BCE au secours de la zone euro

Mis à jour : juin 17



La Banque centrale européenne est certaine de donner une nouvelle chance à l'économie en difficulté de la zone euro, mais, avec des arguments divisés sur son calendrier, la seule question est de savoir si elle agira jeudi ou tiendra jusqu'en juillet.


Alors que la récession induite par le coronavirus est plus profonde et plus longue que prévu, les gouvernements enregistrent des déficits record pour amortir l'impact, imposant à la BCE une charge plus importante pour absorber cette nouvelle dette et maintenir les coûts d'emprunt gérables.


La BCE a clairement indiqué qu'elle ferait sa part et la gravité de la crise plaide en faveur d'une action plus précoce. Mais l’absence d’accord politique sur le soutien budgétaire à l'échelle de l'Union européenne nous fait penser qu’il faudra encore être patient.


"Les arguments pour et contre l'intensification des mesures de relance sont parfaitement équilibrés", a déclaré l'économiste de Berenberg, Holger Schmieding. "Dans l'ensemble, nous voyons une probabilité de 60% que la BCE augmente son objectif d'achat d'actifs jeudi, probablement de 500 milliards d'euros."


Les investisseurs ont semblé optimistes avant la réunion de la BCE, les actions euro et actions de la zone euro ayant toutes deux atteint des sommets sur trois mois.


La récente décision de la Cour constitutionnelle allemande selon laquelle la BCE a outrepassé son rôle et selon laquelle la Bundesbank doit stopper son programme d’achat d’obligations renforce l’urgence d’agir plus tôt.


La BCE a déclaré que le tribunal allemand n’était pas compétent pour juger de ses décisions politiques. Un accord politique conclu ce jeudi pourrait apaiser les craintes qu’un tribunal national, même dans la plus grande économie du bloc, puisse contraindre l’une des institutions les plus puissantes de la zone euro.


La BCE rend sa décision politique à 11 h 45 et la présidente de la BCE Christine Lagarde tient une conférence de presse à 12 h 30.


Il est presque certain que les taux d’intérêt resteront inchangés, le taux de dépôt de 0,5% de la BCE étant déjà à un niveau record et de nombreux décideurs estiment que de nouvelles mesures seraient contre-productives.



IMPRIMER PLUS D'ARGENT


Le premier objectif de la BCE sera d'augmenter la taille de son programme d'achat d'urgence de 750 milliards d'euros en cas de pandémie.


Mais les décideurs politiques sont également susceptibles de débattre d'une prolongation du programme au-delà de la fin de 2020, car le coût financier de la crise devrait également avoir un impact l'année prochaine.


Les estimations tendent vers une augmentation du volume de rachat par la BCE étant donné que Lagarde a récemment prédit une baisse du PIB de l'ordre de 8% à 12%.


Le programme est conçu pour créer une marge de manœuvre budgétaire pour que les gouvernements puissent contrer les effets de la pandémie sur l’économie.


L'Allemagne, riche en liquidités, qui peut emprunter à des taux négatifs jusqu'à 20 ans, a dévoilé mercredi un plan de relance de 130 milliards d'euros (145,85 milliards de dollars).


Le problème est que les intérêts sur la dette dans certains pays restent élevés même si la BCE achète des volumes de dette record, la mettant ainsi sur la voie d'épuiser son quota d'achat au début de l'automne.


Les obligations italiennes à 10 ans rapportent toujours près de 200 points de base de plus que la dette allemande similaire, bien au-dessus des niveaux d'avant la crise, ce qui soulève des doutes sur la viabilité à long terme de la dette du pays. L'Italie est l'un des pays les plus touchés par la pandémie.


«Les besoins de financement resteront très importants», a déclaré Bank of America Merrill Lynch. «Les systèmes de soutien existants et prévus de l'UE, même s'ils sont pleinement utilisés, ne suffisent pas à aider les marchés à absorber ces besoins.»


La BCE pourrait également commencer à acheter des obligations de sociétés qui ont récemment perdu des notations de crédit de première qualité.


Bien qu'une telle décision soit controversée, la banque a déjà averti que des baisses de notation étaient à venir et que le marché privé ne pouvait tout simplement pas absorber la nouvelle offre de dette spéculative, ce qui augmentait le risque de krach.


Une solution provisoire serait d'acheter ces «anges déchus» seulement temporairement.

Source reuters


Profitez de nos analyses complètes et de nos formations/coaching à l'investissement en bourse en consultant NOS OFFRES.


#trading #euro #bce #coronavirus #quantitativeeasing


 

 

 

 

©2020 SandFoxTrading All rights reserved

Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. Entre 74 et 89 % des comptes de clients de détail perdent de l’argent lors de la négociation de CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque élevé de perdre votre argent. Ce site et les services qui y sont proposés ne constituent en aucun cas un conseil en investissement financier ou une recommandation d'investissement à caractère personnalisé. SandFoxTrading ne pourra être tenu responsable des décisions d'investissement ou des éventuelles pertes des clients. SandFoxTrading ne constitue en aucun cas une incitation à acheter ou vendre des instruments financiers. Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte en capital.

  • Twitter Icône sociale